Un écrin de verdure à Ploemeur

Un écrin de verdure à Ploemeur

2022 – Plœmeur – Morbihan

Habitation individuelle principale

Construction neuve

Durée estimée des travaux : 12 mois

Durée de l’opération :  26 mois

PERMIS DE CONSTRUIRE DÉPOSÉ

 

En règle générale, l’atelier ne répond pas aux demandes de création de maisons individuelles sauf pour des cas exceptionnels. Ce qui est le cas. Les propriétaires de cette parcelle habitent sur la parcelle limitrophe. Désirant une habitation plus proche de leurs besoins, ils ont décidé d’utiliser ce terrain en cœur d’ilot pour se construire une demeure de plain-pied, PMR, biosourcé et dans une démarche bioclimatique. La complexité du projet résulte de la forme trapézoïdale du site, accessible par un chemin étroit, du fort impact d’un magnifique chêne implanté au Sud chez un voisin et du peu de perspective donnée à voir.

” Comment intégrer une habitation principale de 90 m2 de plain-pied au cœur d’un ilot de verdure dominé par un majestueux chêne en respectant au mieux le voisinage et en valorisant cet écrin ? ”.

L’implantation du programme a nécessité de nombreuses esquisses, d’une morphologie traditionnelle, le projet s’est orienté vers une expression architecturale plus moderne. Le résultat est une bâtisse qui, comme un écrin, contient par ses faces ” froides ”, des espaces  » chaud  » en étroite relation avec le jardin.

Malgré une enveloppe financière des plus confortables, les modes constructifs ont fait l’objet de moult recherches pour s’assurer la faisabilité opérationnelle. L’enveloppe porteuse et thermique fut pensée sous tous les modes constructifs, MOB, Biobrique+ITE, Paille non porteuse, bloc de chanvre. À ceci, s’ajoute une démarche audacieuse de récupération et recyclages de matériaux, dallettes pour le cellier, dalle pour l’allée, terre crue pour le cellier, arène granitique pour le chemin, tommettes pour la cuisine, parquet pour les chambres, porte d’entrée, porte et fenêtre de l’atelier. La contrainte d’accès au chantier a conditionné les choix définitifs des matériaux et leur mise en œuvre.

La livraison est prévue pour fin 2024.

La longère ”Ty Azbruderezh”

2023 – Languidic – Morbihan

Longère familaile

Mission limité au DPC

Durée de l’opération :  5 mois

PERMIS DÉLIVRÉ

 

C’est l’histoire d’une longère vendue hors d’eau et hors d’air avec des travaux engagés, mais non finis et avec un permis orignal caduc ne correspondant pas aux travaux effectués.

Cette situation administrative a nécessité une mise au point avec les services d’urbanisme et d’instruction pour la reprise du projet.

Suite à la création d’une parcelle propre à la longère, les nouveaux propriétaires souhaitaient la reprise des travaux en ajoutant les modifications inhérentes à leur programme. Cela impliquait une extension des volumes, la création d’une voie d’accès indépendante, l’installation d’une microstation d’épuration ainsi que tous les réseaux nécessaires.

Une mission complexe limitée au permis de construire.

Ty Ezen, à flanc de coteau

2023 – Lanvaudan – Morbihan

Rénovation d’une habitation rurale

Mission limité au DPC

Durée de l’opération :  6 mois

PERMIS DÉLIVRÉ

 

”C’est une petite maison mitoyenne adossée à la colline, on y vient à pied, accompagné d’un âne, pour se ressourcer”. C’est en ces mots que cette opération s’est déroulée. A peine acquise, le propriétaire a engagé une sérieuse démolition de tout le second-œuvre existant avec pour objectif de réaliser une grande partie des travaux en autoconstruction.

De fait, il est très vite apparu le potentiel de transformation. Souhaitant user de matériaux biosourcés, mais avec un budget limité, la démarche architecturale a été de trouver les solutions les plus soutenables en aide et subventions. La première esquisse proposait la pose d’une ITE offrant ainsi une capacité thermique exceptionnelle avec des besoins énergétiques très bas et d’une généreuse modification des ouvertures au sud. Malheureusement hors budget, cette option a été abandonnée au profit d’une projection sur les deux faces d’un enduit chaux-chanvres, d’ouvertures raisonnées et d’une phytoépuration.

Les aménagements extérieurs ont été valorisés. Le permis de construire délivré. Le maitre d’ouvrage est content. Nous aussi.

Extension hôtelière

2022– Le Bono – Morbihan

Création de locaux de services

Durée des travaux : non précisé

Durée de l’opération : 3 mois

DPT en cours d’instruction

 

La société gérant l’Hôtel Alicia nous a mandaté pour concevoir un abri à vélo, une armoire à paddles, un car-port sur l’espace poubelles et de déposer un permis de construire sans maitrise d’œuvre.

Le terrain se trouvant dans le giron d’un site classé, il convenait de penser ces extensions comme une suite logique de l’existant. Pour ce faire, nous avons pris comme référence les éléments en bois constituants les rambardes des balcons. Ceux-ci ont été reproduit dans leur aspect, rythmes et dimensions sur le locaux concernés.

La principale contrainte du projet était de respecter les règles de sécurité-incendie, l’emprise au sol, la fermeture des locaux et la fixation des parois sur l’existant.

Second set à TREMEOU

2021 – Trégunc – Finistère

Habitation rurale

Rénovation complète

Durée estimée des travaux : 24 mois

Durée actuelle de l’opération :  9 ans

2E TRANCHE DE TRAVAUX

 

Débutée en 2013 et livrée en septembre 2018, cette rénovation va bénéficier d’une nouvelle tranche de travaux issus du projet originel.

En plus d’une première part des locaux devenus habitables, les travaux réalisés lors de la première tranche comprenaient aussi l’installation des réseaux, la distribution des énergies et la mise hors d’eau de bâtiments pour la suite des travaux.

La 2e tranche va donc profiter de ces acquis pour créer les locaux du bâtiment B, (studio de musique et bureau) finir les étages du bâtiment H (chambres), aménager les celliers du bâtiment M et engager la transformation de l’ancienne étable en séjour cuisine.

Ceux-ci seront réalisés en conservant les objectifs de conception, l’amélioration thermique des bâtiments, sans oublier l’aspect esthétique et économique, une isolation par l’intérieur avec création d’un doublage thermique à haute performance incluant les toits existants et ceux à reposer, une ITE pour les autres, offrant du même coup un meilleur déphasage thermique correspondant à l’usage attendu. Ces complexes isolants seront suffisamment épais pour être très efficaces, sans nuire aux futures pièces.

On se rapproche du pari audacieux de transformer 370 m2 de plancher en une habitation moderne et respectueuse des règles énergétiques.

Pour l’architecte, ce type d’opération est comme un tableau non fini. À chape reprise s’opère une remise en question des préceptes, des matières et matériaux, des nouvelles compétences d’entreprises locales, de connaissances acquises pouvant intégrer le projet. Cela reste un plaisir d’écrire une nouvelle partition sur une trame existante, dans le respect du patrimoine par la recherche d’une simplicité dans les formes, l’usage, les matières.

Un petit coin de paradis

2020 – Ploemel – Morbihan

Construction neuve

Durée des études : 8 mois

Durée estimée des travaux : 8 mois

Opération en cours

Permis de construire délivré le 20 mai 2021

 

Désireux de valoriser le terrain limitrophe à leur longère, les maitres d’ouvrages souhaitaient réaliser, par leurs soins, une habitation en matériaux biosourcés dans une démarche bioclimatique.

Adossée à une lisière d’arbres au nord avec une vue dégagée au Sud, cette parcelle présentait de nombreuses contraintes pour l’implantation du projet. Il fut décidé de tester différents cas de figure afin de vérifier de la bonne intégration et du bon équilibre avec les bâtiments adjacents. L’objectif étant de réaliser un bâtiment qui serait complémentaire à ceux existants d’où le concept d’une grange-remise.

Une fois, l’esquisse approuvée, la recherche des matériaux appropriés en correspondance avec la structure requise a conforté la valeur de l’avant-projet et de son implantation. Restait que la surface de plancher était supérieure au programme.

Le résultat est un condensé de surfaces ou chaque espace est dimensionné au plus juste. Posée sur des pilotis en béton, la structure est une charpente en bois insérée dans un complexe d’isolant de chanvre et de biofibre. Bardage bois et bac acier pour l’enveloppe.

Oser l’ouverture

 

2017-18 – Plouharnel – Morbihan

Habitation principale familiale

Mission partielle

Permis délivré le 16 mars 2018

 

Intervention conjointe avec Francis Le Bris durant l’étude de faisabilité, pour ce projet de rénovation de longère en une habitation bioclimatique.

Implanté dans un hameau de la commune en bordure des champs, cette ancienne ferme désaffectée se compose d’un espace habité et de divers locaux tels que étable, poulailler, grenier.

L’ensemble est édifié en moellons, parfois enduits avec une couverture en ardoise ou tôle ondulée.

La mission consistait en une étude de faisabilité portant sur la cohérence du cahier des charges des clients avec le bâtiment retenu et le dépôt du permis de construire.

Nous avons pu déterminer et préciser les contraintes et points particuliers à traiter dans le projet, spécifiquement l’assainissement non collectif en phytoépuration.

Le programme prévoit 210 m2 de plancher avec un usage de matériaux bio-sourcés.

A la suite, nous avons présenté une esquisse du programme, rapidement validé, nous avons engagé la phase d’avant projet qui a débouché sur la demande de permis de construire.

Édifié en limite de propriété avec une cour d’accès au nord, ne restait que peu de possibilité d’ouvrir l’enveloppe. La démarche architecturale fut de percer les toits et la façade sud, de créer un grand vide devant la cheminée comme articulation verticale de la maison.

Une nouvelle BIOCOOP à BELZ

 

2016 à 2019 – Belz – Morbihan

SCOOP la Belz’ Saison

Magasin BIOCOOP – ERP

Mission complète

Surface de plancher projetée : 733 m2

Durée des études : 24 mois

Durée des travaux : 10 mois

Cout des travaux : 1’050’000 €HT

Livraison juin 2019

 

Implanté depuis quelques années sur la commune de Belz, la SCOOP la Belz’ Saison souhaitait agrandir ces locaux. Devant l’impossibilité de le réaliser dans leur magasin actuel, il fut décidé de créer un nouveau bâtiment dans la proche zone d’activité de Belz.

Attachant une grande importance à l’équilibre énergétique, le projet devait tenir compte des relations de l’environnement, des constructions et du mode de vie avec le vivant, de l’ensemble des influences de l’environnement de celui-ci et notamment des ondes liées aux champs magnétiques et électriques, courants d’eau souterrains, soit la géobiologie.

Cette démarche fut complétée par une étude Feng Shui qui détermina la forme, la disposition et l’accès des locaux ainsi que les matières et teintes tant pour l’ensemble que pour chaque activité. A la suite, l’architecte d’intérieur a défini l’agencement intérieur avant que le bâtiment soit conçu.

La conception architecturale se devait de fusionner le cahier des charges du client avec la réglementation en vigueur en y intégrant des matériaux biosourcés et en respectant un budget non extensible.

En amont, il fut nécessaire d’étudier la faisabilité de livraison pour des camions articulés, ce qui nécessitât de nombreuses variantes d’implantation et de difficiles échanges avec les services de l’intercommunalité. La seule solution étant d’acquérir plus de 2000 m2 de terrain supplémentaire.

Ensuite, le projet fut maintes fois remis en question pour respecter l’équation entre programme, choix des matériaux et équilibre budgétaire, y compris la modification en cours d’étude de la législation des ERP de type M.

Le permis de construire a été délivré janvier 2018, mais il faudra encore de nombreux mois avant que le chantier ne démarre, en juillet, sous la direction d’une maitre d’œuvre sis sur la commune pour une livraison en été 2019.

Hormis, l’incompétence des services intercommunautaires et de certains bureaux d’études, la difficulté d’un tel projet réside dans la confrontation entre règlementation et démarche prototypique. Les pièces administratives à produire pour un tel bâtiment sont simplement absconses tout comme la durée de délivrance du permis de construire et la réglementation associée.

In fine, l’énergie engagée sur ce dossier n’a pu tenir que grâce à l’assurance du bien-fondé de ce beau projet.

La suite nous dira si nous avions raison.

Un petit plus à Languidic

2016– LANGUIDIC – Morbihan

Extension d’une habitation individuelle

Mission partielle

Durée prévisionnelle des travaux : 4 mois

Durée de l’opération : 15 mois

 

Adossé à une colline est implanté cette longère. Entièrement rénovée en 2002 par les propriétaires, il lui manquait les locaux techniques.

La surface de plancher étant supérieure à 150 m2, un architecte leur était indispensable.

Le projet a consisté en une extension sur la chaufferie existante pour la création des locaux techniques tel que la buanderie, la chaufferie, espace de rangement.

Situé dans un secteur protégé par la présence d’une chapelle à proximité, il a été décidé de faire une demande préalable avant la dépose du permis.

A la suite, nous avons déposé une demande de permis de construire qui a été délivrée en octobre 2016.

S’agissant d’une ossature en bois avec bardage, les clients ont réalisés les travaux eux-mêmes.

 

Il n’y a pas de petit projet.

Patrimoine revisité

 2016– Moêlan sur Mer – Finistère

Habitation individuelle

Mission partielle

Groupement SEH -Upbdp

Durée prévisionnelle des travaux : 8 mois

Durée de l’opération : 15 mois

Cout des travaux estimés : 300’000 €HT

 

Intervention conjointe avec Francis Le Bris pour un projet de rénovation d’une longère en une habitation individuelle bioclimatique pour le compte d’un couple avec 2 enfants souhaitant s’installer sur la commune.

Implanté au sud de la commune en bordure des champs, cette ancienne ferme désaffectée se compose d’un bâti sur 2 niveaux servant d’habitation accolé à une longère comprenant étable, poulailler, grenier.

Un hangar séparé complète les bâtiments.

L’ensemble est édifié en moellons, parfois enduits avec une couverture en ardoise

La mission consistait en une étude de faisabilité portant sur la cohérence du cahier des charges des clients et le bâtiment retenu. Nous avons pu déterminer et préciser les contraintes et points particuliers à traiter dans le projet, spécifiquement l’assainissement non collectif en phytoépuration.

Le programme prévoit 257 m2 de plancher avec un usage de matériaux bio-sourcés.

A la suite, nous avons présenté une esquisse du programme, rapidement validé, nous avons engagé la phase d’avant projet qui a débouché sur la demande de permis de construire délivré en aout 2016.

Ce dossier s’est conclu par la réalisation des Plans de Conceptions Généraux afin que les clients puissent réaliser par leurs soins les travaux.