Réflexion pour une start-up

Réflexion pour une start-up

 2017 – Concarneau – Finistère

Société privée INOROPE

Etudes de faisabilités

Surface de plancher projetée : 800 m2

Durée des études : 8 mois

INOROPE est une jeune entreprise très innovante en pleine croissance qui, depuis, 2014, cherche à s’implanter autour de Concarneau.

Comme toute start-up, les besoins appropriés en locaux sont primordiaux mais, dans le même temps, la connaissance réelle du cahier des charges est en perpétuelle évolution. Que ce soit pour l’espace R&D ou la zone des test, les bureaux, l’atelier de matelotage et ainsi de suite.

Dans ce cas, l’idéal est de trouver un terrain vierge proche des connexions routières, financièrement abordable. La réalité est que ce client, locataire dans un bâtiment déjà saturé de services et d’autres activités, se devait de trouver rapidement des locaux personnalisables et confidentielles.

Nous avons été contacté pour étudier la faisabilité d’implantation de cette entreprise au gré des lieux proposés par le client. Ceux-ci étaient le plus souvent des espaces inoccupés, comportant des agencements obsolètes.

La démarche architecturale a consisté à préciser dans le programme, les locaux indispensables, leurs dimensions, leurs équipements, leurs priorités. Ensuite, l’étude analysait pour chaque cas, la capacité d’accueil du personnel, dans et hors des bâtiments, la cohérence des volumes disponibles pour les activités projetées et enfin l’estimation financière des opérations.

Même si le projet final n’a rien à voir avec les études réalisées, celles-ci ont permis aux dirigeants d’INOROPE de choisir en pleine connaissance le bâtiment retenu.

Pour notre part, ce travail nous a conforté dans notre capacité à projeter des activités en devenir. Du point de vue de l’urbanisme, il nous confirmé que les règles en vigueurs des PLU et les règlements actuels ne sont pas en phase avec ces nouvelles activités. Enfin, l’absence de soutien des élus fait que pour une entreprise innovante, le chemin vers une reconnaissance est bien plus difficile.

 

 

Renovation minimaliste à Vannes

 2016 – Vannes – Morbihan

Maison de ville

Rénovation & Transformation

Surface de plancher : 201 m2

Durée des études : 12 mois


Une rénovation minimaliste pour valoriser un joli pavillon du XIXe siècle, nouvellement acquis par un couple et ses deux enfants.

Implantée à Vannes, dans un secteur soumis à l’avis des ABF, cette maison de ville est en front de rue avec un jardin clos en son Sud.

Répartis sur 5 niveaux dont un sous-sol, elle a reçu, au cours de son existence, des transformations variées et sans cohérences les unes aux autres. Il en résulte que la moindre mise en conformité d’un espace ou d’un réseau engagerait des travaux conséquents. Suppression des conduites en plomb sanitaires, réseau d’eaux usées passant chez des tiers, gestion du radon en sous-sol, remontée capillaire dans les murs enterrés, absence d’isolation en toiture, fenêtres bois en simple vitrage, solives dégradées, chaudière fuel avec citerne, absence de ventilation mécanique, présence de lignes électriques haute tension, tels étaient les contraintes techniques à résoudre.

Le programme souhaité par les clients se limitait à une redistribution des chambres et pièces d’eau attenantes avec un budget précis. Mais pour cela, il fallait revoir l’ensemble.

La démarche a consisté à établir premier lieu un relevé précis du bâtiment et, par la présentation d’esquisses, gérer toutes les contraintes du cahier des charges. Pour s’assurer du bon choix de rénovation énergétique à envisager, il fut convenu de faire un audit du bâti. La présence des lignes électriques fut mesurée par un géobiologiste et confirma la présence d’onde électromagnétique bien au delà de l’acceptable.

La contrainte de tels travaux réside dans l’organisation et la planification des travaux et la protection soignée des effets personnels des clients. De plus, certaines interventions ne pouvant se faire avec la présence des habitants, il fallait donc prévoir aussi un déménagement temporaire de ceux-ci.  L’estimation du cout des travaux, réalisé grâce à des devis d’entreprises, à confirmer la difficulté à réaliser ceux-ci en une tranche.

Malgré l’aval du projet, la famille n’a pas souhaité engager cette rénovation. Il n’en reste pas moins que ce projet a démontré tout le potentiel que ce type de construction peut proposer.

Extension à l’ile aux Moines

2016 – Ile aux Moines – Morbihan

Habitation individuelle mitoyenne

Extension  Transformation Rénovation

 

Ce projet est issu d’une rencontre lors du salon de l’Habitat à Vannes ou nous étions présents avec notre stand Alter Habitat construction bioclimatique et matériaux bio sourcés.

Il se situe sur l’ile aux Moines dans le Golf du Morbihan.

Les propriétaires souhaitaient transformer leur habitation en conservant la maitrise d’œuvre. Leur recherche et étude préliminaire n’ayant pas apporté de solution viable, ils se sont tournés vers nous.

Le programme comprend la rénovation et la transformation de l’existant ainsi qu’une extension sur jardin. L’apport de lumière naturelle est un facteur important ainsi que la capacité à accueillir la famille en tout temps.

Avec Julie Crowhurst, architecte d’intérieur en éco-construction, nous avons étudié et proposé plusieurs hypothèses.

In fine, la solution retenue est une prise de position franche qui replace chaque espace au mieux de son usage et de sa relation avec le tout. L’extension sur séjour participe pleinement à l’espace principal qui comprend une alcôve pour la musique, un coin de lecture proche du poêle à bois, une relation avec la cuisine et un espace salle à manger capable d’accueillir toute la famille. À l’étage sous toiture, les chambres, salle de bains, toilette, espace de jeux sont ajustés pour offrir le plus grand volume possible. La composition des matériaux tient compte des contraintes d’approvisionnements, de la valorisation énergétique produite par l’isolation thermique extérieure sur la face nord et les larges baies vitrées de l’extension.

Les images ci-dessus sont le résultat d’une collaboration réussie qui associe rigueur d’étude et douceur de lignes.

Parenthèse à Kerdallé

2014 – Trégunc – Finistère

Construction neuve

Résidence principale

Durée estimée des travaux : 8 mois

Durée de l’opération :  en cours

Permis de construire en cours d’instruction

 

Adossée à une lisière d’arbres au Nord et Est avec une vue dégagée au Sud sur l’océan et parfois les iles des Glénans, cette parcelle de forme triangulaire en pente douce composée de bloc de granit affleurant et de remblai récent se présentait comme un vrai challenge.

Cet ensemble de contraintes, combinées avec le cahier des charges du client et Le règlement de zone, a engagé huit mois d’étude préliminaire, essentiellement due à des échanges infructueux avec l’ABF responsable du secteur.
Pourtant les principes architecturaux sont simple : le dièdre et la coque d’un navire.

Une fois, l’avant-projet validé, la recherche des matériaux appropriés en correspondance avec la structure requise à conforté la valeur du projet et son implantation. Le résultat est une ”boite” en béton pour le plain-pied en ITE sur toutes les faces et un complexe ossature bois isolée pour les combles qui reposent en partie sur un jeu de quatre poteaux en béton coté atelier.

Avec les qualités thermiques évaluées, l’option ”Maison Passive” est en cours d’étude.

Panneau d’affichage

2000 – Suisse

Panneau d’affichage

Club nautique de Versoix

Conception d’un panneau d’affichage présentant toutes les sections du club nautique. Cette proposition n’as pas été retenue.

Burothèque

2012– Finistère

Meuble pour particulier

 

Conception d’un meuble faisant office de séparation spatiale, de bureau et de bibliothèque.

Le cahier des charges prévoyait de réunir dans un seul meuble, un espace bureau avec imprimante, rangements, chaine hifi connectée sur le portable, et à son opposé une bibliothèque.

Ce faisant, ce cube participerait à la séparation spatiale de la pièce entre salle à manger et salon.

Adossé au mur, les connectiques passent par le plancher surélevé. Le cadre du meuble est composé de panneaux alvéolés, chanfreinés, laqués.

Studio de doublage

2003– Genève – Suisse

Activité tertiaire

Surface 130 m2

Durée de l’opération : 6 mois

 

Une société de prestations à la post-production son pour les films et téléfilms cherchait à agrandir ses locaux. Son choix s’est porté sur une installation dans un logement vacant au dernier étage d’un immeuble datant des années 1960. Contraintes : chauffage par rayonnement au plafond, réseaux et fluides vétustes et bruyants, structure porteuse et isolation acoustique non adaptées, façade en mur rideau avec simple vitrage.

Dans ce type de projet, tous les composants participent à l’acoustique des locaux et doivent être facilement accessibles pour des modifications permanentes, principalement dues à l’évolution des connectiques et matériels électroniques.
Conception d’un espace Studio, boîte close parfaitement isolée pour les prises de sons, doublages des voix, bruitages avec tous les correcteurs acoustiques nécessaires pour un contrôle des ondes sonores.
Aménagement de la salle Régie avec une double paroi sur toutes les faces. Côté façade, galerie basse technique et isolants acoustique et thermique. Au sol plancher flottant, coté toilette et escalier, mur bibliothèque, au plafond voûte inversée avec éclairage indirect.
Création du mobilier : table de régie, paroi des écrans, bibliothèque, composants acoustiques.

Verres et petits bois

2013 – Morbihan

Extension de 12 m2

Habitation secondaire


Demande des propriétaires pour l’étude d’un espace intermédiaire à l’entrée afin de déposer les cirés et bottes, réduire les introductions des poussières et sables dans la maison et masquer la vue des passants  par la fenêtre de la cuisine. Contrainte : forme de la terrasse, accès au garage.

Sur la façade nord de l’habitation, création d’un sas d’entrée vitré non chauffé et d’une extension du garage existant. Conception d’une ossature bois avec liteaux ajourés en contraste avec l’existant, plein et massif. Façades recevant aussi bien des panneaux vitrés que des parois opaques. Étude solaire pour vérifier l’impact de luminescence dans l’espace cuisine au travers de la fenêtre existante.
Projet en attente.

Bougeailles

1999 –  Savoie – France

Relevé et APS

Habitation de montagne

Rénovation

 

Cette bâtisse, construite au 19e siècle, connu de multiples usages jusqu’à celui de résidence secondaire pour le propriétaire actuel. Sans travaux appropriés, l’aménagement intérieur, répartis sur 3 niveaux, était des plus spartiate. Les cloisons et doublages réduits à leurs plus simples expressions, peu  ou prou d’isolation thermique et un réseau énergétique à bout de souffle.

Comme la plupart des constructions de montagne, elle est implantée sur un terrain en pente, ce qui permet un accès haut et bas, mais ce versant étant orienté sud, l’apport solaire en est fortement diminué.

Le souhait du propriétaire était de réhabiliter uniquement la partie du bâtiment servant à l’habitation. Celle-ci étant répartie sur deux niveaux non superposés, cela supposait de réaliser un ensemble de locaux qui seraient indépendamment isolés tout en restant connexes. Les boîtes dans la boîte. Les autres espaces resteraient en l’état. Notre étude a démontré que le budget nécessaire pour cette réalisation serait au moins tout aussi onéreux que si l’ensemble de la bâtisse était isolée en une fois. Ce faisant, le logement pourrait être rénové plus simplement et aurait l’avantage de pouvoir s’étendre dans le futur.

Le client n’a pas souhaité s’engager dans cette démarche.

Savoie

2002– Genève – Suisse

Avant Projet Détaillé

Immeuble d’habitations

Transformations diverses

Cube SIA 594 m3

 

Implanté dans le quartier des Eaux-Vives, cet immeuble locatif, répertorié par la CMNS (Commission des Monuments, de la Nature et des Sites) comme faisant partie du patrimoine genevois, n’avait pas été correctement entretenu.

 

A sa mise en vente, une société nous mandata pour évaluer le potentiel de valorisation des surfaces disponibles. La demande se portait sur la réfection de l’enveloppe, la salubrité des caves et l’entrée ainsi que la transformation des combles en logements locatifs, cela sans modification des logements existants.

 

Nous avons engagé une étude préliminaire nous permettant de cerner les différentes potentialités. Elle comprenait l’acquisition des documents existants et disponibles, un descriptif de l’état des lieux y compris des appartements non transformés, afin de préciser la nature et l’envergure des travaux et une estimation globale du coût selon les normes SIA (surfaces et volumes) et devis d’entreprises consultées.

Un avant-projet de transformation des combles en 2 logements miroir fut proposé. Il tentait de s’abolir de la contrainte de nuisance des bruits provenant de la rue et d’optimiser les locaux en fonction de l’orientation solaire.