DECOUVERTE

Jeu de Traezh

Sans cesse modifié, renouvelé, déplacé, arrangé, cet interstice entre terre et mer est source d’émotions et de jeu.

J’y vois des territoires miniatures, des déserts humides, des montagnes ceintes de cours d’eau, et bien d’autres paysages qui apparaissent le temps du jusant.

C’est le moment idéal pour réaliser des oeuvres éphémères, avec les matières du site.

Autel de la pince du crabe; Rappel helvétique; Le féminin sacré (mon plus beau).

Difficile de faire mieux que la nature 🙂

De la question de la dualité

Au détour d’une promenade en forêt, je tombe sur un mur. Un enclos ceinturant une abbaye.

Des centaines de mètres d’une verticalité bâtie en couches horizontales, le tout minéral, face à l’apparent désordre naturel de la végétation, le tout organique.

En trait d’union, une bande herbeuse, le plan de référence face à l’infini impalpable de l’air.

Et que dire du caché (derrière le mur) et de l’affiché, le mur ?

Lorsqu’elles sont maitrisées, les dualités sont des révélatrices d’émotions.

Dornier ou l’art de voler

Petite parenthèse aéronautique ou quand le mariage entre un avion et un bateau se transforme en une œuvre d’art.

Claudius Dornier pensait dès le départ que les avions se posant sur des plans d’eaux seraient plus à même de répondre à tous les cas de figure. Il se mit donc à concevoir et réaliser plusieurs modèles très avant-gardistes tant dans leurs conceptions que leurs capacités de vols. Après la Seconde Guerre mondiale, il trouvera les ressources pour réaliser un des plus beaux hydravions que nous connaissons. Celui-ci a toutes les capacités d’un navire stable et bien profilé pour un déplacement réduit ainsi qu’une stabilité d’envol et de vol incroyable. On peut le voir comme un croisement d’animaux volants et aquatiques. À chaque fois que l’ingénierie n’oublie pas l’architecture de l’objet, le résultat est une œuvre. Et sur notre petit bout de planète, on aime.

Usé, réutilisé, recyclé

Extrait du journal le Sud-ouest, voici une réalisation sociétale que nous aurions aimer réaliser tant elle est nous apparait comme une évidente nécessité.

Le Smicval Market de Vayres. © Crédit photo : Sylvain Petitjean

Smicval Market

L’utilisation des mortiers et bétons de chanvre

Suite des formations 2020, l’utilisation des mortiers et bétons de chanvre dans le bâti ancien et la construction.

Sous la houlette d’intervenants hautement qualifiés tels que Quentin Pichon, ingénieur ; Gérard Lenain, formateur ; Georges Lemoine, responsable technique et Tiez Breiz pour l’organisation, cette formation avait pour objectif de connaitre les bases et les spécificités de l’utilisation du chanvre dans le bâtiment ; de maitriser toutes les solutions applicables en sols, murs, toitures et enduits à caractère isolant et de savoir proposer les meilleures réponses aux besoins actuels pour la qualité du cadre de vie dans l’habitat.

Vaste programme pour une matière des plus simples et saine dans la construction, de l’eau, un peu de chaux, de la chènevotte et du savoir-faire.

Les constructions en terre crue

C’est la période des formations. Pour bien commencer, quoi de plus plaisant que de mettre les mains dans la terre ?

Grâce à l’association TIEZ BREIZ de Rennes, c’est chose faite. Encadré par Stéphanie Bardel, Chargée d’études, Service de l’Inventaire du patrimoine culturel, Région Bretagne ; Adelin Jude, Maçon spécialisé terre crue ; Riccardo de Paoli, Architecte DSA architecture de terre du CRAterre-ENSAG, ENSA Nantes qui, durant 2 journées bien remplies, nous ont transmis leurs connaissances et savoir.

Bauge, adobe, pisé, torchis sont des techniques constructives ancestrales qui ont pleinement leurs places dans la rénovation. Quant aux enduits en terre, ils sont accessibles à tous supports avec une pose qui peut se passer de professionnels.

Stage in progress

Honoré ces dernières semaines de la présence d’une stagiaire en deuxième année d’école d’architecture. Présentation des multiples rouages du métier avec pour fil d’Ariane, les modes de représentation du dessin en architecture. Apprendre à passer le flambeau est une belle expérience.

LE PROJET JARDIN MERVEILLEUX

Quoi de plus agréable que de mettre les mains dans la terre et faire du bien à Gaia ?

C’est, depuis peu, possible à Saint Goustan et c’est fort agréable d’y participer. Un jardin à flanc de colline où tout est à faire, inventer, réaliser, sans aucune pression de résultat. Le seul objectif est de se faire plaisir. A l’initiative de Philippe Westphal, ce projet prend forme avec bienveillance et courtoisie.

Envie de vous aérer les neurones ?

LE JARDIN MERVEILLEUX

Eolienne 2.0 ?

Une approche très intéressante de production électricité. Une éolienne sans pales. que voilà une idée terrienne à suivre.

https://vortexbladeless.com/