ARCHITECTE

Un avenir dans l’éclairage urbain ?

Dans la recherche d’un éclairage urbain respectueux de notre planète, voici une démarche des plus intéressantes. Affaire à suivre.

https://www.glowee.com/

Usé, réutilisé, recyclé

Extrait du journal le Sud-ouest, voici une réalisation sociétale que nous aurions aimer réaliser tant elle est nous apparait comme une évidente nécessité.

Le Smicval Market de Vayres. © Crédit photo : Sylvain Petitjean

Smicval Market

Pour l’éternité ?

Événement marquant en ce lundi 9 novembre à la Bioccop de Belz, la pose de l’enseigne de l’atelier UPBDP sur la façade de la Belz’ Saison. Elle marque la livraison par l’architecte du bâtiment aux propriétaires et la reconnaissance du travail accompli ces dernières années. Façonnée sur une chute de cyprès local aux dimensions harmoniques (PHI) issu d’une scierie locale; Gravée avec une police d’écriture exprimant le concept du projet; Enduite quotidiennement d’huile de lin durant des mois; Fixée avec des connecteurs KNAPP; Cette simple plaque est une fidèle représentation de la pensée d’un petit bout de planète. ”Tout est architecture.”

Les constructions en terre crue

C’est la période des formations. Pour bien commencer, quoi de plus plaisant que de mettre les mains dans la terre ?

Grâce à l’association TIEZ BREIZ de Rennes, c’est chose faite. Encadré par Stéphanie Bardel, Chargée d’études, Service de l’Inventaire du patrimoine culturel, Région Bretagne ; Adelin Jude, Maçon spécialisé terre crue ; Riccardo de Paoli, Architecte DSA architecture de terre du CRAterre-ENSAG, ENSA Nantes qui, durant 2 journées bien remplies, nous ont transmis leurs connaissances et savoir.

Bauge, adobe, pisé, torchis sont des techniques constructives ancestrales qui ont pleinement leurs places dans la rénovation. Quant aux enduits en terre, ils sont accessibles à tous supports avec une pose qui peut se passer de professionnels.

Stage in progress

Honoré ces dernières semaines de la présence d’une stagiaire en deuxième année d’école d’architecture. Présentation des multiples rouages du métier avec pour fil d’Ariane, les modes de représentation du dessin en architecture. Apprendre à passer le flambeau est une belle expérience.

Un petit coin de paradis ?

Étude en cours sur un projet de grange transformée en habitation individuelle bioclimatique et biosourcée. Recherche conceptuelle sur des espaces condensés, concentrés offrant néanmoins tout le confort attendu.

INAUGURATION DE LA BIOCCOP

Samedi 28 septembre a eu lieu l’inauguration officielle de la Bioccop, La Belz’ Saison à Belz. L’occasion de rencontrer tous les participants à cette belle aventure, qui ne fait que commencer. Durant la phase chantier, des caméras fixes en timelaps ainsi qu’un drone ont filmé et photographié en continu la construction. La première présentation s’est tenue lors de l’inauguration. Gracieusement mis à disposition par le maitre d’ouvrage, voici le film officiel de la naissance de la Bioccop au Suroit.

BIOCOOP LIVREE

En ce 20 juin 2019, la nouvelle BIOCOOP de Belz ouvre officiellement.

C’est, à ma connaissance, le premier bâtiment ERP construit avec des matériaux aux plus proches de l’activité.

Brique en terre cuite, charpente en bois, isolation bios sourcée, enduit chaux et terres, cloisons en bois et fermacel, lumière naturelle, …

Démarche Feng-shui et Géobio comme ligne directrice, il en résulte des espaces agréables à vivre, tant pour le personnel que pour la clientèle.

Le client est très satisfait, la clientèle aussi.

Objectif atteint, non sans mal.

BIOCOOP – De brique et de bois

Le chantier progresse à grands pas avec la constance d’une démarche la plus respectueuse de matériaux employés. La première zone est bientôt hors d’eau, ceinte de murs en brique de terre cuite et d’une toiture en bois, qui sera recouverte d’une étanchéité issue d’un produit recyclé.

Soutenir l’insoutenable ?

Vu dans le cahier de la profession n° 64

Sachant les couts exorbitants des livraisons exclusivement maritimes vers l’ile de la Réunion. Interloqué du peu de respect de notre environnement que nécessite la fourniture de matières qui n’existent pas sur l’ile, sable, béton, ciment, fer à béton, vitrage, acier, alu, panneaux solaires, etc. Sachant que tous ces projets sont des niches de défiscalisations réservés aux « métro » inaccessibles aux Réunionnais. Il y a de quoi être choqué de cette autoglorification de médailles dans un esprit colonialiste évident. A part les projets d’équipements publics, on est dans un manque total d’équité, d’égalité et de fraternité.

Mon Ordre est dans le désordre.