URBANISME

Un avenir dans l’éclairage urbain ?

Dans la recherche d’un éclairage urbain respectueux de notre planète, voici une démarche des plus intéressantes. Affaire à suivre.

https://www.glowee.com/

Usé, réutilisé, recyclé

Extrait du journal le Sud-ouest, voici une réalisation sociétale que nous aurions aimer réaliser tant elle est nous apparait comme une évidente nécessité.

Le Smicval Market de Vayres. © Crédit photo : Sylvain Petitjean

Smicval Market

Se transporter intelligemment

Sur le petit bout de planète, nous vous avions parlé de nos véhicules, parfaitement profilés et fonctionnant à l’hydrogène.

Quelques humains les ont construits aussi sur terre, Ecomobile pour les 2 places et Dymaxion pour la famille.

C’est un bon début.

Soutenir l’insoutenable ?

Vu dans le cahier de la profession n° 64

Sachant les couts exorbitants des livraisons exclusivement maritimes vers l’ile de la Réunion. Interloqué du peu de respect de notre environnement que nécessite la fourniture de matières qui n’existent pas sur l’ile, sable, béton, ciment, fer à béton, vitrage, acier, alu, panneaux solaires, etc. Sachant que tous ces projets sont des niches de défiscalisations réservés aux « métro » inaccessibles aux Réunionnais. Il y a de quoi être choqué de cette autoglorification de médailles dans un esprit colonialiste évident. A part les projets d’équipements publics, on est dans un manque total d’équité, d’égalité et de fraternité.

Mon Ordre est dans le désordre.

Vers une Architecture ?

C’est la question que nous nous posons suite à la parution de la loi n° 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (LCAP), d’application immédiate, consacre un volet au renforcement de la qualité architecturale et renforce le recours à l’architecte.

Les principales mesures prises en faveur de la profession :

  • abaissement du seuil de la surface plancher à 150 m2 pour le recours obligatoire à l’architecte (pour les constructions édifiées ou modifiées par les personnes physiques)
  • obligation d’afficher le nom de l’architecte, auteur du projet, sur le terrain en même temps que l’affichage du permis de construire
  • obligation de mentionner son nom sur une façade extérieure de l’ouvrage avec la date d’achèvement
  • obligation de recourir à l’architecte pour l’aménagement des lotissements (le seuil sera fixé par décret)
  • mise en place d’un « permis de faire » (dérogation aux règles de construction pour des projets expérimentaux d’intérêt national)
  • possibilité de réduction des délais d’instruction des demandes de permis de construire pour les pétitionnaires ayant eu recours à l’architecte pour des projets qui ne l’exigeaient pas.

Réelle amélioration ou nouvelle dérive technocratique ? Son application nous le dira.